Patrimoine d’exception
Patrimoine d’exception

Patrimoine d’exception

Un riche patrimoine entre mer et campagne.

concarneau, une ville tournée vers la mer

Concarneau se conjugue à tous les temps, les fortifications médiévales côtoient la corniche où l’architecture balnéaire flirte avec l’océan. La Ville Close, ancienne place forte de Bretagne, baigne chaque jour ses imposants remparts dans les eaux calmes des ports de pêche et de plaisance. Îlot blotti dans une anse, elle est le berceau de Concarneau dont l’existence est attestée depuis la fin du XIe siècle. Aujourd’hui un bateau-bus, le petit bac, relie la Ville Close au quartier du Passage, ancien quartier de pêcheurs. À partir de 1850, la ville va se développer hors des fortifications avec l’installation des conserveries à Concarneau. Une centaine de chaloupes sardinières, de thoniers et une trentaine d’usines constituaient l’économie locale.
À la fin du XIXe siècle, un peu à l’écart de la ville et du port, un quartier balnéaire s’étend le long du rivage. De surprenantes villas, de nouveaux hôtels parsèment dunes et champs voisins. La mode des bains de mer a gagné Concarneau. Aujourd’hui, le front de mer témoigne de l’éclectisme de l’architecture balnéaire.
L’arrivée du train en 1883 a largement contribué à l’essor du tourisme. Des artistes, peintres ou écrivains, en ont profité pour découvrir la Bretagne et séjourner à Concarneau parmi lesquels Flaubert, Deyrolle, Alfred Guillou… La galerie Gloux, ancien atelier d’artistes, en est le témoignage! ~

LA VILLE CLOSE
La magie d’une ville fortifiée, berceau de la cité

Calvaires monumentaux aux multiples personnages sculptés comme à Nizon (Pont-Aven), humble croix de granit épuré comme à Sainte-Candide de Locunduff (Tourc’h) ou croix au fût torsadé à Saint-Yvi ou encore calvaire se dressant mélancoliquement au carrefour d’un chemin de campagne à Kernevel (Rosporden), ces touchants témoignages de la piété populaire ont souvent été élevés sur le placître des églises ou dans le voisinage d’une chapelle. ~

LE MUSÉE DE LA PÊCHE
Sa collection

Découvrez un musée unique en plongeant dans le monde fascinant de la pêche ! Pionnier de la collecte du patrimoine maritime, le Musée de la Pêche présente une importante collection de bateaux, d’objets de travail et de maquettes pour vous faire découvrir la pêche, activité historique à Concarneau. L’immersion est totale grâce à la visite d’un véritable chalutier à flot, l’Hémérica, accosté au quai du musée.
60 ans de pêche, de culture, de recherche, de fabrication de maquettes de bateaux, de collecte, d’animations… Ça se fête ! Le musée vous réserve une programmation spéciale à l’occasion de ses 60 ans en 2021. ~

LE PORT DE PÊCHE
Une économie bien ancrée

Le port de pêche a eu un impact considérable sur le développement de la ville : pêche à la sardine, au thon… Plusieurs générations de marins se sont succédé pour ancrer l’économie maritime dans les gènes de Concarneau.
Au XIXe siècle, la ville s’est développée hors des fortifications avec l’installation des conserveries. Au début du XXe siècle, on en comptait trente-deux. Aujourd’hui la pêche côtière, la construction navale et la filière des bateaux de plaisance tiennent une place remarquable dans l’économie locale. ~

LE CHÂTEAU DE KÉRIOLET
L’histoire romantique d’une princesse russe

Sur les hauteurs de la cité, le château, joyau de l’architecture néo-gothique, retrace les destins surprenants de la princesse impériale russe Zénaïde Narischkine Youssoupov et de son mari, le comte Charles de Chauveau. Au cœur d’un cadre magnifique et boisé, Keriolet, château à l’architecture atypique, offre une visite hors du temps ! ~

LE CIRCUIT DES SARDINNIERS
Suivez les sardines bleues

Parmi les six visites à thème permettant d’explorer les quartiers de la ville, le circuit des sardiniers invite à s’immerger dans le Concarneau d’autrefois. En suivant les sardines bleues au départ du Musée de la Pêche, cette agréable promenade urbaine d’une heure environ vous fera découvrir la Ville Bleue dans les pas des sardiniers et des marins ayant contribué à faire de Concarneau l’un des principaux ports de pêche de France. ~

Pont-Aven, la pittoresque cité des peintres

Séduisante ville bretonne blottie sur les rives de l’Aven, Pont-Aven n’en finit pas de séduire ses visiteurs par le charme de ses rues, la richesse de sa vie artistique et la douceur de ses fameuses galettes au beurre !
De bourgade commerciale assurant le transport de marchandises entre mer et rivière, Pont-Aven s’est assurée le titre de Cité des Peintres au XIXe siècle en devenant le lieu de villégiature privilégié d’une colonie de peintres. Ces artistes vont faire connaître au monde entier ce petit bout de terre bretonne et asseoir pour longtemps la renommée artistique de la cité. Pont-Aven perpétue encore aujourd’hui cette tradition et accueille en ses murs une soixantaine de galeries et d’ateliers d’artistes. ~

LA PROMENADE XAVIER GRALL

Prenez le temps d’une douce déambulation sur les rives de l’Aven, une rêverie sous les magnolias, les cerisiers et les figuiers. De petites loges en pierre aménagées sur les berges permettaient aux dames de Pont-Aven d’y laver leur linge. Cette promenade a été dédiée à Xavier Grall, chantre de la Bretagne mort en 1981. Un médaillon en bronze garde vivant le souvenir de ce poète et journaliste breton. ~

14 MOULINS AU FIL DE L’EAU
Carnet de flânerie

Les nombreux chaos granitiques affleurant dans le lit de l’Aven ont favorisé l’implantation de barrages et l’aménagement de moulins en ville et dans les alentours. Le célèbre dicton local « Pont-Aven ville de renom, 14 moulins et 15 maisons » faisait référence à ces 14 moulins autrefois en activité. Le visiteur pourra partir sur leurs traces, le temps d’une flânerie au fil de l’eau. ~

LES GALETTES DE PONT-AVEN®

Véritable spécialité locale, la galette au beurre fait toujours l’unanimité chez les gourmands. Cette savoureuse douceur bretonne, si simple et authentique a vu sa popularité croître au point de devenir emblématique de la Bretagne ! Lors de votre parcours artistique et culturel, n’oubliez pas de faire une pause gourmande… ~

LE MUSÉE DE PONT-AVEN
L’incontournable

Vivez une expérience artistique inoubliable au cœur de la cité des peintres ! Le Musée de Pont-Aven offre un parcours de visite inédit, vivant et enrichissant pour toute la famille. Plus de 200 œuvres vous immergent dans l’esthétique de la célèbre « École de Pont-Aven ». Le parcours, renouvelé plusieurs fois par an, présente des œuvres de Paul Gauguin, Émile Bernard, Paul Sérusier et d’autres artistes de l’École de Pont-Aven. Les outils numériques vous accompagnent tout au long de votre visite avec l’application « Guideez » et les bornes multimédias. La découverte des œuvres est complétée par des points de vue imprenables sur les paysages de la ville et le jardin « Charles Filiger », dans la cour intérieure du musée. ~

SUR LES PAS DE GAUGUIN ET DE L’ÉCOLE DE PONT-AVEN

Si la cité bretonne jouit aujourd’hui d’une réputation internationale sur le plan artistique, c’est que Pont-Aven a su séduire des générations d’artistes d’horizons variés, conquis par son charme et sa singularité.
La ville a vu son histoire intimement liée à celle des générations successives de peintres venus capter la beauté de ses chemins et le pittoresque de ses habitants. Si la première vague des années 1860 relevait majoritairement de l’art académique, elle sera rapidement suivie par les Impressionnistes et les Synthétistes : Paul Gauguin, Émile Bernard ou encore Paul Sérusier seront les chefs de file de ce renouveau pictural connu sous le nom d’École de Pont-Aven. Cette colonie d’artistes aux styles picturaux divers mais partageant les mêmes sujets d’inspiration va inscrire pour toujours le nom de Pont-Aven dans l’histoire de l’art. ~

LA CHAPELLE NOTRE-DAME DE TRÉMALO
À la rencontre du Christ Jaune

Cette chapelle, propriété de la famille de La Villemarqué, est nichée sur les hauteurs de Pont-Aven à l’orée du Bois d’Amour. C’est l’un des sites bretons les plus connus et les plus représentés. Séduites par son aspect trapu et austère et par la fière authenticité bretonne dégagée par ses épais murs de granit, des générations d’artistes vont s’attacher à peindre ce petit bijou gothique. Le plus célèbre d’entre eux, Paul Gauguin, immortalisera le christ en bois polychrome ornant la chapelle dans deux de ses toiles les plus fameuses : le « Christ Jaune » et l’« Autoportrait au Christ Jaune ». ~

LE BOIS D’AMOUR
Un lieu mythique de Pont-Aven

Le Bois d’Amour, lieu toujours mystérieux, vibre d’évocations artistiques et poétiques. Longeant les rives de l’Aven, cette promenade d’une heure sous les grands hêtres vous offrira une parenthèse enchantée au sein d’un haut lieu de l’histoire de la peinture : sous la dictée de Paul Gauguin, ce sont les ombrages du Bois d’Amour qui ont inspiré le peintre Paul Sérusier pour son légendaire tableau « Le Talisman », véritable manifeste du mouvement Nabi et prélude de l’art abstrait. ~

Névez

LES VILLAGES DE CHAUMIÈRES

À Névez, tout près des plages et du sentier des douaniers se cachent les ravissants villages aux maisons en toit de chaume de Kerascoët et Kercanic. Réminiscence d’une époque où l’ardoise n’avait pas encore remplacé la paille de seigle, ces maisonnettes abritaient des familles de marins et de tisserands (XVe siècle). Les propriétaires ont souhaité conserver ces trésors du patrimoine breton comme de véritables instantanés d’histoire où le temps semble s’être arrêté. ~

LES MOULINS À MARÉE

Ce sont des moulins hydrauliques dont le fonctionnement est assuré par le flux et reflux des marées. Moins d’une centaine sont aujourd’hui recensés en France. Le moulin à marée du Hénan à Névez, dont l’existence est attestée depuis 1465, a fait l’objet de plusieurs campagnes de restauration au cours des 40 dernières années et est à nouveau en capacité de moudre du grain. Le moulin à marée de Trégunc est un bâtiment privé mais peut être admiré depuis le GR34 à hauteur du bras de mer du Minaouët. ~

Trégunc, au " pays des pierres debouts ! "

Spécificité patrimoniale unique en France, les pierres debout (ou « Mein Zao » en breton) se dressent dans le paysage de Névez et Trégunc, alignées en clôture ou appareillées en mur ou en appentis. Issus d’une longue tradition d’exploitation du granit ayant trouvé dans ces communes une expression originale, ces blocs monolithiques atteignant parfois 2,70 m de haut étaient débités afin de libérer des surfaces agricoles rendues nécessaires par l’essor démographique des XVIIe et XVIIIe siècles. Cette spécificité locale a valu à Névez et Trégunc d’obtenir le label « Paysage de reconquête » décerné par le ministère de l’Environnement. ~

MÉGALITHES, CHAOS, STÈLES
Des pierres de légende

Roche-mère de la Bretagne, le granit est omniprésent. Qu’il ait été façonné par la nature en de surprenants chaos zoomorphes comme en forêt de Kergunus à Trégunc ou taillé par l’homme en menhir de plus de 5 m de haut à
Kerangosquer, sculpté de délicates cannelures sur la stèle protohistorique de Kerdalé ou dressé vers le ciel comme pour celle de Saint-Antoine à Melgven, le granit sous toutes ses formes véhicule un imaginaire chargé de craintes et de fascinations. Croyances et légendes s’y attachent : trésors enfouis, sacrifices anciens, rites de fertilité… Ces pierres sacrées vous attendent au détour du chemin. ~

CHAPELLES
Ces belles dames de granit

En Bretagne chemin faisant, le visiteur croisera toujours la route d’une chapelle. Ces belles dames de granit coiffées d’élégants clochers cornouaillais se dressent à l’horizon des champs comme à la Trinité de Melgven ou se cachent à l’ombre des grands arbres comme la chapelle Sainte-Marguerite du Hénan. Réconfort des femmes de marins à Saint-Nicolas de Port-Manec’h, halte sur le long chemin de pèlerinage du Tro Breizh à Locmaria An Hent, les chapelles bretonnes gardent souvent leurs portes fermées sur leurs secrets mais accueillent encore visiteurs et pèlerins toutes générations confondues lors de leur pardon annuel. L’occasion de redécouvrir la Bretagne d’antan le temps d’une fête ! ~

CROIX ET CALVAIRES
Richesses du patrimoine religieux

En Bretagne chemin faisant, le visiteur croisera toujours la route d’une chapelle. Ces belles dames de granit coiffées d’élégants clochers cornouaillais se dressent à l’horizon des champs comme à la Trinité de Melgven ou se cachent à l’ombre des grands arbres comme la chapelle Sainte-Marguerite du Hénan. Réconfort des femmes de marins à Saint-Nicolas de Port-Manec’h, halte sur le long chemin de pèlerinage du Tro Breizh à Locmaria An Hent, les chapelles bretonnes gardent souvent leurs portes fermées sur leurs secrets mais accueillent encore visiteurs et pèlerins toutes générations confondues lors de leur pardon annuel. L’occasion de redécouvrir la Bretagne d’antan le temps d’une fête ! ~

CIRCUIT PIERRE LOTI

On ne présente plus le célèbre écrivain et aventurier Pierre Loti. S’il a pour toujours immortalisé l’univers des pêcheurs bretons dans « Pêcheurs d’Islande », bien peu savent que son roman « Mon Frère Yves » retrace son amitié pour un marin breton. Ce dernier invitera à de nombreuses reprises Loti dans sa maison de Rosporden, que l’écrivain surnommera « son petit logis clandestin ». Aujourd’hui, des panneaux près des étangs et dans les rues de la ville viennent rappeler cette touchante camaraderie qui donna naissance à une œuvre littéraire. ~

Les chaumières de Kerascoët et Kercanic à Névez

Les chaumières de Kerascoët et Kercanic à Névez

La chapelle de Trémalo à Pont-Aven

La chapelle de Trémalo à Pont-Aven

Moulin traditionnel

Moulin traditionnel

Le château néogothique de Keriolet à Concarneau

Le château néogothique de Keriolet à Concarneau

1/4